Artotemik (PESEZ Anne-Sophie)

Artotemik (PESEZ Anne-Sophie)

L'artiste immoral?Par Urgyen Sangharakshita.

0 appréciations
Hors-ligne
L'artiste immoral?
[PDF] Mais je voudrait considérer une objection possible. Je pense que quelques personnes pourraient être choqués par l'affirmation hardie que le vrai artiste représente un type d'humanité plus élevé que le citoyen ordinaire et correcte. Quelques personnes pourraient même être tentées de faire remarquer, très gentiment bien sur, que l'artiste est très souvent, malheureusement, et très malencontreusement, quelqu'un de vilain et immoral et égocentrique. Ca vaut donc peut-être la peine de regarder ça de plus prés. On peut facilement admettre qu'il peut être plutôt difficile de vivre avec un artiste, qu'il soit peintre, poète ou musicien, mais je pense que ça c'est habituellement dû au fait que l'artiste est concerné, et vraiment concerné, par le souci de sauvegarder sa propre intimité et ses conditions de travail. Nous savons aussi qu'il y a des gens bien-pensant qui essaient de rendre l'artiste conforme, essaient de le rendre pareil aux autres, de le faire vivre, s'habiller, avoir l'aspect, écrire, peindre comme les autres, etc. et c'est peut-être tout à fait naturel que l'artiste tend à se révolter contre ces tentatives bienveillantes, parfois même avec violence. Et sans trop de reconnaissance, il s'obstine à être lui-même.

Nous trouvons souvent aussi que l'artiste se révolte contre la morale conventionnelle. Maintenant, ça c'est spécialement vu dans le cas d'un poète comme Shelley, qui se moquait de tous les conventions moralistes de son époque, et a été mis en ban de la société à cause de ça. Mais on peut se demander : est-ce que le fait de se moquer de la moralité conventionnelle est mauvais de la part de l'artiste? Trop souvent nous sommes obligés de reconnaître que c'est la moralité conventionnelle qui est en tort, et la résistance de l'artiste est en fait dans beaucoup de cas, sinon dans la plupart des cas, simplement l'expression de son attitude mentale plus saine et plus normale.

Nous ne devons pas oublier aussi, et ça c'est très très important, que chaque artiste de n'importe quel genre est très souvent une personne profondément divisée ; c'est à dire, divisée en soi-même. Et parfois, le plus grand l'artiste, le plus profondément est-il divisé. Et cette division profonde, cette crevasse, parfois dans les profondeur de son être même, produit une tension et un manque d'équilibre, de temps en temps avoisinant même la folie. L'artiste peut, peut-être par définition, accéder à des états de conscience plus élevés, des états d'existence plus hauts que la plupart des autres, ou presque tous les autres, mais ça ne veut pas dire qu'il peut y accéder tout le temps. Pour citer Shelley, qui je viens de mentionner, il dit ou chante dans un de ses poèmes : rarement, rarement tu viens, esprit des délices. Et ça c'est trop souvent l'expérience de l'artiste, du créateur, poète, musicien. Que cet esprit des délices, cette expérience plus haute, cette expérience d'un état de conscience plus élevé, vient seulement rarement, seulement des fois. L'artiste ne vit pas dans ces états élevés tout le temps, et c'est là que l'artiste diffère du vrai mystique, qui tend à demeurer dans ce états pendant beaucoup de temps. Et dans le cas de l'artiste, parfois dans ces états plus élevés d'existence et de conscience, parfois dans des états plus ordinaires, c'est très souvent comme si l'artiste était deux personnes. Quand il crée, il est une personne. Quand il ne crée pas, c'est une autre personne. Nous savons tous que parfois vous lisez un livre écrit par quelqu'un, vous pensez, quel livre merveilleux, quel personne merveilleuse doit être l'auteur, comment vous aimeriez le rencontrer, et quand vous y allez, pleins de gratitude et prêts à être en admiration totale pour ce livre qui vous a tellement fait grandir, vous trouvez un homme sec, aigri, méchant, petit et vous regrettez d'avoir jamais posé les yeux sur lui, vous êtes très déçus. Et ça c'est à cause de cette sorte de crevasse, division entre l'expérience plus élevé de l'artiste et son expérience plus ordinaire, plus normale. C'est comme si l'artiste était deux personnes, comme s'il avait un "soi" artistique et un "soi" ordinaire, et une division entre les deux.


Par Urgyen Sangharakshita.
http://centrebouddhisteparis.org/index.html

Duality

0 appréciations
Hors-ligne
Mais un artiste qui ne serait pas immoral ,ne serait pas un artiste... et qui sommes nous pour juger de l'immoralité ou pas d'une oeuvre.. ? Pour ma part, l'artiste doit se laisser guider par son âme et écrire à sa manière ce qu'il ressent.. Nul ne peut plaire à tout le monde et l'artiste s'exprime pour parler de ce que son âme reçoit... A nous de travailler sur notre tolérance pour écouter ce qu'il a à nous dire...
Oser rêver, c'est oser vivre

0 appréciations
Hors-ligne

Je relis cet article avec aujourd'hui une nouvelle vision.. Non que je remette en cause ce que j'ai dit la fois dernière mais avec la vision que l'artiste est un homme, une femme... et comme chacun a en elle la possibilité d'évoluer, de grandir... Mais l'Artiste a besoin de beaucoup plus d'Amour qu'une autre personne et sa difficulté est de rencontrer celui ou celle qui pourra lui donner, de manière gratuite et désintéressée... Cet Amour d'enfant devenu adulte... Cet Amour révolte qui n'accepte aucune Norme... cet amour Divin, qui donne sans rien demander en retour... Affectueusement
Oser rêver, c'est oser vivre

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres